Accueil > Fromages et Nutrition > Les besoins nutritionnels > Tout savoir sur la nutrition des seniors > Module Seniors - Sommaire > Doit-on prescrire un régime aux ...

Doit-on prescrire un régime aux seniors en surpoids ?

Les besoins nutritionnels des seniors

Quels aliments recommander aux seniors ?

Question n°8

Doit-on prescrire un régime aux seniors en surpoids ?

Module Senior

En France, comme dans de nombreux pays industrialisés, l’IMC augmente avec l’âge. Pour les personnes de plus de 70 ans, on ne parle de surpoids qu’en présence d’un IMC > 30 (versus > 25 pour un adulte plus jeune). Ceci car le surpoids et l’obésité, qui sont des facteurs de risque de morbidité et de mortalité chez les adultes plus jeunes n’ont pas le même impact sur les personnes âgées.

La prise en charge de l’excès pondéral et de l’obésité est donc différente chez celles-ci et est fonction de leur âge : les régimes sont déconseillés après 65 ans chez la majorité des personnes âgées.

  • entre 65 et 80 ans : la perte de poids peut être le point de départ de complications liées à la dénutrition. Chez la personne âgée, la perte de poids peut concerner davantage la masse maigre que la masse grasse. Dans cette tranche d’âge, il est donc conseillé de conserver un poids stable, pour limiter la perte de masse musculaire (sarcopénie) ;
  • après 80 ans : inutile et dangereux de vouloir faire maigrir une personne de plus de 80 ans. Si elle paraît en surpoids, elle est le plus souvent atteinte d’une obésité sarcopénique qu’il faudra traiter en augmentant les apports en protéines.


Cas particuliers :

  • Prise de poids importante en peu de temps (ex : 10 kg en quelques mois) : si l’examen clinique ne conduit pas à suspecter de phénomènes de rétention d’eau ou d’œdèmes (qui devront être traités en urgence puisqu’ils peuvent être le signe d’une insuffisance cardiaque), il s’agira le plus souvent de corriger quelques erreurs de comportement :
    - éviter les grignotages entre les repas (surtout produits gras et sucrés) ;
    - retrouver le rythme de 3 repas + 1 goûter ;
    - préparer des menus équilibrés (avec des féculents à chaque repas pour éviter la sensation de faim et le grignotage entre les repas) ;
    - poursuivre une activité physique (30 mn par jour : marche, natation).
  • Pathologies requérant une prise en charge personnalisée pour obtenir une perte de poids :
    - diabète de type 2 chez un obèse androïde ;
    - HTA difficile à maîtriser sur le plan médicamenteux ;
    - dyslipidémie avec un niveau trop bas de HDL cholestérol ou la présence de particules de LDL Cholestérol petites et denses ;
    - arthrose invalidante (genou en particulier).    


Le régime qui sera prescrit devra tenir compte des ingesta, des habitudes alimentaires,  des goûts et aversions du patient. Les ingesta devront être diminués par paliers tout en apportant :

  • 11 à 15 % de protéines de bonne qualité (la viande et le poisson n’étant pas toujours appréciés des personnes âgées, les fromages et les œufs pourront être recommandés)
  • 30 % de lipides (en ayant soin de recommander de varier les matières grasses)
  • 55 à 59 % de glucides (en privilégiant les glucides complexes).


Remarque :
Dans tous les cas, il importe de ne pas provoquer un amaigrissement trop rapide.

Focus fromages :

Dans le cas d’une perte de poids, les goûters ou collations permettent d’augmenter l’apport calorique. Ils peuvent être composés de pain et d’une part de fromage et ainsi être des bons vecteurs de protéines à haute valeur biologique et d’acides aminés essentiels. Ces apports en protéines participent à limiter la fonte de la masse musculaire.

Mise à jour 25/02/2009